« Je suis né(e) un 29 février »

Ces Normands fêtent leur anniversaire une fois tous les quatre ans !

Découvrez les petites galères de ces Normands pas comme les autres

Caroline, Virginie, Théo, Nadège et son fils Raphaël... Ces Normands ont un point commun : tous sont nés un 29 février et ne fêtent donc officiellement leur anniversaire qu'une fois tous les quatre ans.

Ils font partie du tout petit pourcentage de la population française (1,5 %) pour qui année bissextile rime avec un véritable bouleversement du quotidien.

Entre frustrations, petites galères et moments uniques, dix Normands, âgés de 8 ans à 60 ans, ont répondu à l'appel à témoins lancé par Paris-Normandie. Tous nous racontent leurs souvenirs d'enfance de cette journée si particulière et l'attente parfois interminable qui les accompagnent.

En 2020, le 29 février tombe un samedi, qui plus est pendant les vacances scolaires ! L'occasion rêvée pour en profiter. On souhaite donc un très joyeux anniversaire à ces Normands pas comme les autres 🎂

« Le 29 février 2020, j'aurai 40 ans... et mon fils Raphaël fêtera ses 8 ans le même jour ! »

- Nadège Haingue -

Être née un 29 février, « ça a toujours été une marque de fabrique » pour Nadège Haingue. La professeure des écoles y voit un avantage : tout le monde se souvient de sa date de naissance ou lui souhaite deux fois !


Pour ses 40 ans, n'en déplaise à son fils Raphaël, 8 ans, lui aussi né un 29 février, Nadège a prévu « d'enterrer sa vie de jeune entre copines ».

Environ 1,5 % des Français sont nés un 29 février. Alors la probabilité pour que Nadège Haingue et son fils Raphaël naissent le même jour était plus que faible... Et pourtant !

L'histoire de Nadège Haingue et son fils Raphaël commence il y a quelques années alors que la Rouennaise et son mari décident d'adopter. Une première aventure qui les amène vers Raphaël, un petit garçon originaire d'Haïti.

« Quand la dame de l'adoption nous a décrit Raphaël, elle a plaisanté sur sa date de naissance : le 29 février », se souvient la maman. À l'époque, les futurs parents croient tous les deux à une « blague ou une erreur dans les papiers d'adoption. Je me suis dit qu'ils avaient dû inverser avec ma date de naissance », s'étonne encore Nadège. Et pourtant, Raphaël est bel et bien né un 29 février : « On était fait pour se rencontrer ! »

« Marque de fabrique »

Cette « marque de fabrique », Nadège la revendique et Raphaël n'aura jamais à se sentir complexé par rapport à sa date de naissance. L'avantage du petit garçon, qui est actuellement dans la classe de sa maman, « c'est que tous les anniversaires sont fêtés en fin de mois, donc aucune chance d'oublier celui de Raphaël en février ».

Si la professeure des écoles préfère célébrer son anniversaire et celui de son fils le 28 février, « pour avoir le bon mois », sa mère continue de le souhaiter le 1er mars car ils n'étaient pas nés le jour d'avant. Et quand on lui demande comment elle fait, Nadège répond toujours « qu'on fête ça le week-end le plus proche, comme tout le monde » !

« Cette année, mon mari travaille de nuit et nous avons choisi de fêter nos anniversaires le 7 mars. Le 29 février, pour mes 40 ans, j'enterrerai ma vie de jeune avec des copines ! »
- Nadège Haingue

Les deux anniversaires de la famille seront célébrés le 7 mars. Lorsque Nadège avait 20 ans, elle avait fait une « grosse fête ». En 2020, elle a pris les devants et a décidé de célébrer ses 40 ans entre copines : « Escape game, cours de danse, restaurant et boîte de nuit.... Cette année, mon mari travaille de nuit et pour mes 40 ans, j'enterrerai ma vie de jeune, tout court ! »

« Certaines personnes ne me croient pas quand je donne ma date de naissance car ils pensent que "ça n'existe pas"»

- Laëtitia Prévost -

Pour son quarantième anniversaire, mais seulement ses dix ans célébrés à la bonne date, Laëtitia Prévost prévoit « une grosse fiesta ».


La photo du premier anniversaire officiel de Laëtitia Prévost, originaire de la région yvetotaise est « symbolique ».

Enfant, être née un 29 février n'était pas toujours facile à gérer, comme le confie Laëtitia : « Le plus compliqué à vivre était de ne pas avoir de jour de naissance sur le calendrier. » Si ses parents lui ont toujours laissé le choix de célébrer son anniversaire à une date différente (généralement le 28 février ou le 1er mars), la factrice a préféré la deuxième option « car le 28 février, officiellement, je ne suis pas encore née ».

Date d'anniversaire fictive

Une fois le stade de l'enfance passé, les idées reçues et les questions gênantes restent de mise. « Il arrive régulièrement que des personnes ne me croient pas quand je donne ma date de naissance car ils pensent que "ça n'est pas possible de naître un 29 février et que cette date n'existe pas" », se souvient Laëtitia. Mais cette année, personne ne pourra lui dire que sa sa date d'anniversaire est fictive.

« D'habitude, je ne fête jamais mon anniversaire. Je n'ai pas de rituel précis, mais cette année, je vais faire une grosse fiesta avec mes amis pour marquer le coup ! »
- Laëtitia Prévost

En 2020, l'Yvetotaise compte bien marquer le coup pour ses 40 ans : « Je n'ai aucun problème avec mon âge et ça fait longtemps que j'attends cette date. C'est un cadeau supplémentaire qui tombe en plus un samedi. » Tout est donc réuni pour celle qui, d'habitude, ne fête pas son anniversaire. « Cette année ce sera la grosse fiesta avec mes amis ! »

« On triche un peu pour les cartes de fidélité où la date d'anniversaire est avancée au 28 février... »

- Virginie Perrier-Néhou -

Virginie Perrier-Néhou a accouché de Mathéo avec un mois d'avance, le 29 février 2008. Pour la première fois cette année, il fêtera son anniversaire dans une salle des fêtes entouré d'amis et de toute sa famille.


Avec un combo parfait (année bissextile, samedi et vacances scolaires), la maman de Mathéo Garnier n'aurait pas raté une si bonne occasion de réunir famille et amis pour célébrer en grande pompe les 12 ans de son fils.

Virginie Perrier-Néhou n'avait vraiment pas prévu d'accoucher un 29 février. « Mathéo est arrivé un mois en avance et c'était déjà un beau bébé. Sur le moment, je n'ai pas vraiment calculé la date, c'est après coup que j'ai réalisé », se souvient la maman.

Si « c'est un jour comme les autres » pour Mathéo, sa mère avoue qu'elle a dû parfois ruser pour avoir les mêmes avantages que les autres. La vraie différence se joue dans les magasins : « On triche un peu pour les cartes de fidélité où sa date d'anniversaire est avancée au 28 février... » Sinon, mère et fils voient les offres de fidélité s'envoler trois années sur quatre. À ce niveau-là, rien n'est prévu pour les personnes nées un 29 février.

« Tu n'auras pas de cadeaux cette année »

Le collégien aura 12 ans en 2020, mais ce ne sera pourtant que son « troisième vrai anniversaire et le premier dont il gardera un véritable souvenir ». D'habitude, la famille préfère célébrer l'anniversaire de Mathéo le 1er mars, « mais c'est toujours en petit comité ».

« Beaucoup ne nous croient pas et disent qu'il n'a pas de chance d'être né un 29 février. Certains pensent même qu'il n'a pas de cadeaux. »
- Virginie Perrier-Néhou

Cette année, l'adolescent rêve d'avoir un téléphone portable pour son anniversaire, mais avant d'ouvrir ses cadeaux, sa mère plaisante souvent : « Ça nous est arrivé de lui dire qu'on n'allait pas fêter son anniversaire juste pour plaisanter, ou de lui dire qu'il n'aurait pas de cadeaux cette année. » Si l'humour est de mise, certaines personnes rencontrées par la famille pensent que Mathéo « n'a vraiment pas de cadeaux et qu'il n'a pas de chance d'être né un 29 février » !

« À la maternité, on ne m'a pas proposé de changer la date de naissance de mon fils et heureusement !»

- Nadia Tanney -

Le terme de la grossesse de Nadia Tanney était prévu le 3 mars. « Je suis tellement "chat noir" que je savais d'avance que j'accoucherai le 29 », plaisante la maman de Théo, né le dimanche 29 février 2004 à 23 h 21. C'était le huitième bébé né ce jour-là à Évreux.


Chaque 29 février, « peu importe qu'il y ait école le lendemain ou ce que l'on fait, il y a toujours un gâteau pour célébrer l'anniversaire de Théo », explique Nadia, sa maman.

« J'ai toujours été "chat noir" », plaisante d'emblée Nadia Tanney. Alors, quand le gynécologue lui annonce son terme un 3 mars, aucun doute, elle accouchera un 29 février. « Je l'avais même dit à tout le monde, si bien qu'ils n'étaient pas trop surpris d'apprendre la naissance de Théo... à 23 h 21. »

« C'est une fierté, c'est original et rigolo ! »

Les médecins présents auraient pu lui proposer de décaler l'heure de naissance de quelques dizaines de minutes et ainsi faire basculer le nouveau-né du côté de ceux nés un jour « ordinaire » (le 1er mars). Mais s'ils l'avaient fait, sa mère aurait refusé aussi sec assure-t-elle.

« De nombreuses personnes pensent à tort que le 29 février revient tous les deux ans et que c'est une journée insurmontable. »
- NadiaTanney

Cette année, les Tanney ont prévu de célébrer comme il se doit les 16 ans de Théo « avec la famille et un plus gros gâteau » ! Et si la « question existentielle » de savoir comment ils font revient tous les ans, ou presque, Nadia répond à ceux qui pensent que « c'est une journée insurmontable », qu'au contraire, c'est aussi cette journée qui fait de Théo ce qu'il est : « C'est une fierté, c'est original et c'est rigolo ! »

« Ce qui est drôle, c'est que Facebook te souhaite ton anniversaire deux fois »

- Romain Gonzalez -

Romain Gonzalez est né un 29 février, au lendemain de la Saint... Romain ! Alors pour lui souhaiter son anniversaire, il n'y a que l’embarras du choix.


Avoir 32 ans un 29 février n'a rien changé pour Romain. Tout comme le fait d'être né un 29 février d'ailleurs, mais cette année, fêter son anniversaire sera « symbolique ».

« D'habitude, je ne fais rien de spécial. Je suis plutôt du genre à attendre quatre ans pour fêter mon anniversaire », explique Romain Gonzalez. Pour lui, sa date d'anniversaire est un jour comme les autres, une fois balayée l'éternelle question : « Comment tu fais ? » Ce à quoi l'Eurois aime répondre qu'il faut impérativement qu'il soit célébré entre minuit et minuit et une minute.

« Pour mon anniversaire, j'aimerais un enfant... »
- Romain Gonzalez

Le commercial s'amuse de l'une des particularités de sa date d'anniversaire : « Trois ans sur quatre, Facebook te souhaite ton anniversaire deux fois. » Cette année, pas de grosse fête en perspective pour Romain; qui avait déjà célébré ses 25 ans entouré de beaucoup de monde, ni de doublon, mais il espère un enfant à venir comme cadeau d'anniversaire.

« Ma mère me répétait toujours que j'étais née 40 ans, jour pour jour, après l'actrice Michèle Morgan »

- Béatrice Monge -

Pour ses 60 ans, Béatrice Monge prévoit un week-end d'anniversaire pour elle. Sa famille étant éparpillée, elle a choisi de se ressourcer et de se promener du côté d'Aix-en-Provence.


«Il y a beaucoup plus de personnes nées un 29 février qu'on ne le croit », s'amuse Béatrice Monge. Mais pour le monsieur-tout-le-monde, « ça semble extraordinaire et c'est parfois un peu la foire au moment de souhaiter les anniversaires ».

Pour l'écrivaine, être née un 29 février, « ce n'était pas forcément très bien, ni très mal non plus. On prend l'habitude de marquer le coup les années bissextiles, mais c'est tout ». Et si elle n'a pas de préférence quant au jour où il faudrait lui souhaiter son anniversaire, cette année, Béatrice a prévu de prendre du temps pour elle et d'aller se « balader du côté d'Aix-en-Provence ».

« Le côté positif c'est que tout le monde nous répète qu'on vieillit moins vite que le reste des gens. »
- Béatrice Monge

« J'ai une anecdote qui me revient, raconte Béatrice Monge. Ma mère me répétait toujours que j'étais née le même jour, quarante ans plus tard, que cette actrice qui disait à Jean Gabin : "T'as de beaux yeux tu sais"». Chaque année, elle calculait donc quel âge avait l'actrice Michèle Morgan, décédée en 2016.

Si la date de sa naissance ne change pas grand chose pour Béatrice, « beaucoup de gens plaisantent sur notre âge et nous répètent qu'on vieillit moins vite ». Cette année, Béatrice aura donc officiellement 15 ans.

« Je suis arrivée à la maternité la veille au soir, je n'ai pas vraiment eu le choix que d'accoucher un 29 février »

- Sabrina Bouteiller -

En 2020, Logann fêtera ses 8 ans entouré de copains avec une session de foot en salle. Ce sera la première fois qu'il gardera un vrai souvenir de son anniversaire un 29 février, puisqu'il n'a officiellement que 2 ans.


Sabrina, la maman de Logann préfère fêter l'anniversaire de son fils le 28 février : « Tout simplement parce qu'il est né en février et que c'est plus facile de lui expliquer avec le bon mois. »

En 2020, Logann pourra enfin faire la fête le jour de son véritable anniversaire. Sabrina Bouteiller se doutait qu'elle accoucherait le 29 février. « En arrivant le 28 au soir », les dés étaient jetés et ils n'ont « pas eu le choix ».

« Pour une fois, tous ses copains seront réunis un samedi et pendant les vacances scolaires pour faire du foot ! »
- Sabrina Bouteiller

Si Logann ne se rendait pas vraiment compte que sa date d'anniversaire n'était pas tout à fait ordinaire, sa maman avoue « que ça n'a pas toujours été facile à expliquer. Parfois, Logann trouvait ça bizarre et le côté "année bissextile", ce n'est pas facile à comprendre avant un certain âge, mais comme son anniversaire tombait toujours pendant les vacances scolaires, le sujet a été évité à l'école ».

En grand fan de foot, Logann espère avoir quelques cadeaux qui compléteront sa collection de supporter du Paris-Saint-Germain, mais surtout, « pour une fois, tous ses copains seront réunis un samedi et pendant les vacances scolaires pour faire du foot à Rouxmesnil-Bouteille, près de Dieppe » !

« Cette année, mon plus beau cadeau, c'est que tout le monde soit présent pour ce jour »

- Caroline Lemarchand -

Pour ses 30 ans, une fête surprise avait été organisée le 7 mars. Mais en 2020, Caroline Lemarchand fête ses 32 ans (ou ses 8 ans officiels) et pour la première fois, elle « prend les devants » et réunit ses proches !


L'avantage pour Caroline Lemarchand, c'est que tout le monde lui souhaite deux fois son anniversaire. Comme ils ne savent pas trop comment faire, ils choisissent l'option 28 février et 1er mars.

La personne qui a trouvé la technique pour souhaiter l'anniversaire de Caroline, c'est sa meilleure amie : « Le 28 février à 23 h 59 très précisément », bien que sa mère lui répète qu'à cette date-là, elle n'était pas encore née !

« J'avais déjà rencontré une homonyme, qui habitait en plus la rue en face de chez moi... mais jamais de personne née un 29 février ! »
- Caroline Lemarchand

À 32 ans, Caroline Lemarchand a déjà rencontré « une homonyme, qui habitait la rue d'en face », mais jamais de personne née un 29 février, comme elle ! C'est maintenant chose faite.

Et comme de nombreux Normands nés à cette date, la Havraise, chargée de clientèle dans une banque, a décidé cette année de prendre les choses en main en organisant elle-même son anniversaire. « Je n'ai jamais vraiment fêté mon anniversaire », sauf pour ses 30 ans où une fête surprise avait été organisée (le 7 mars). Mais cette année, impossible de manquer l'événement : « L'important était de réunir les gens que j'aime autour de moi. C'est mon plus beau cadeau pour un 29 février. »

« Je m'arrange pour ne pas manquer la Bougie du sapeur, une revue humoristique qui ne paraît que les 29 février. C'est ma tradition »

- Anne Bouttereux -

Être née un 29 février, « tout le monde trouve ça amusant » dans la famille d'Anne Bouttereux. C'est d'ailleurs son gendre, Barthélemy, qui a décidé de raconter les petites péripéties de sa belle-mère avocate.


En 2020, Anne Bouttereux fêtera ses 56 ans entourée de sa famille, chez elle, à Coutances (50). « En vérité, ça n'a rien de particulier, précise l'avocate. Comme presque toute les personnes qui travaillent, je fête ça le week-end le plus proche de la date. » En ce qui concerne sa préférence quant au jour pour lui souhaiter son anniversaire, « peu importe », elle ne se vexe pas !

Dossiers administratifs, cartes de fidélité... Face aux pépins liés à sa date d'anniversaire, Anne n'est pas très regardante et prend les choses du bon côté : « Finalement, cette année je n'ai que 14 ans ! » Et si la Coutançaise a bien pensé à se plaindre une fois, c'était simplement pour plaisanter : « C'était au parking de Caen sur lequel je me gare tous les jours. Une journée de stationnement est offerte à chaque client le jour de son anniversaire, sauf que pour ma part, ce n'est pas tous les ans ! »

« Le sapeur Camembert est un personnage humoristique qu'on ne retrouve que les 29 février ! »
- Anne Bouttereux

Autre rituel pour Anne, s'offrir une revue périodique qui ne paraît que les 29 février. Le jour de son anniversaire.

Pour se procurer la Bougie du Sapeur de façon « traditionnelle », chez un marchand de journaux, il faut parfois ruser, comme l'explique l'avocate : « Il n'y a pas beaucoup d'exemplaires et les avertis sont au courant qu'il vaut mieux aller chercher son exemplaire le jour de la sortie. Mais quand je travaille, ce n'est pas toujours simple. »

Alors, il faut s'entendre pour récupérer le précieux exemplaire, ou attendre quatre ans ! Cette année, le 29 tombant un samedi, il y a peu de chance qu'Anne loupe le coche.

La précieuse Une de la Bougie du sapeur.

La précieuse Une de la Bougie du sapeur.

« À 40 ans, j'ai demandé à Air France un billet enfant, comme je n'avais officiellement que 10 ans »

- Samuel Plumereau -

Samuel Plumereau n'est jamais le dernier pour plaisanter : « Mon père voulait un enfant né en février, comme lui. J'ai attendu le dernier moment pour pointer le bout de mon nez. »


Cette année, pour ses 44 ans, Samuel Plumereau à décidé de se laisser porter : « D'habitude, j'organise tout, mais cette année, je laisse ma femme me faire la surprise. »

Il faut dire que le femme du Bolbecais sait y faire en matière de surprise. Pour les 40 ans de Samuel, elle a organisé un voyage en Guadeloupe. « Un mois avant mon anniversaire, elle m'a demandé ma carte d'identité et m'a expliqué le cadeau, raconte Samuel. Comme je suis du genre farceur, je me suis mis à contacter les compagnies aériennes qui proposaient des vols vers la Guadeloupe pour leur demander si je devais prendre un tarif enfant ou adulte, étant né un 29 février... »

Toutes les compagnies lui ont répondu avec l'humour qu'il se doit.

La question soulevée par Samuel n'a pas manqué d'alimenter le débat au sein des compagnies aériennes.

La question soulevée par Samuel n'a pas manqué d'alimenter le débat au sein des compagnies aériennes.

« Je n'ai peut-être pas eu un billet d'avion au tarif enfant, mais en plus d'avoir joué le jeu avec un réponse rigolote, Air France nous a gentiment surclassés à l'aller et nous avons fait le retour en VIP ! »
- Samuel Plumereau

Si Samuel est tombé amoureux de la Guadeloupe et attend patiemment ses 50 ans pour y retourner, sa petite aventure avec les compagnies aériennes l'a littéralement fait « hurler de rire ».

Le chauffeur routier ne s'attendait pas à avoir en face de lui des « personnes attentionnées, avec un sens certain de l'humour ». Il raconte : « Je n'ai peut-être pas eu un billet d'avion au tarif enfant, mais en plus d'avoir joué le jeu avec une réponse rigolote, qui précisait que j'aurais le droit à une hôtesse de l'air personnelle si ma femme n'en était pas informée, Air France nous a gentiment surclassés à l'aller et nous avons fait le retour en VIP. Quoi de mieux ? »


Texte et mise en page - Lolita Blassieaux